Accueil Coopération régionale Rencontre avec Herlé Goraguer, Délégué de l’IFREMER à SPM

Rencontre avec Herlé Goraguer, Délégué de l’IFREMER à SPM

Commentaires fermés
0
52

IFREMER

Le 19 novembre dernier, Stéphane Claireaux est allé à la rencontre de Herlé Goraguer, délégué de l’IFREMER à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Cet échange avait pour objet de faire un point sur les missions locales d’IFREMER, les besoins locaux, notamment en matière d’appuis  technique et logistique.

Herlé Goraguer a évoqué la situation de l’Association de Recherche et de Développement pour l’Aquaculture (ARDA) à Miquelon, qui est aujourd’hui dépourvue d’ingénieur halieutique.
Pour mémoire, le Député était déjà intervenu auprès de la Ministre des Outre-mer pour l’alerter des conséquences du désengagement de l’ODEADOM, par courrier en novembre 2014, puis en septembre dernier lors d’une séance de travail au ministère.

L’antenne locale de l’IFREMER, pourvue d’un seul agent, ne peut assurer le recueil et l’analyse de l‘ensemble des données de notre environnement océanique.
Aussi, au-delà de l’association ARDA elle-même, l’Archipel a besoin du support technique et scientifique de cet ingénieur pour contribuer aux travaux d’études et de prospections dans nos eaux afin de mieux comprendre, par exemple, l’évolution de la biomasse ou les phénomènes provoqués par la confluence des 3 courants respectivement saumâtre, froid et chaud que sont le St-Laurent, le Labrador et le Gulf Stream.

Les eaux de l’Archipel présentent des spécificités rares, revêtant un intérêt scientifique avéré pour la communauté internationale. Deux thèses sont actuellement en cours ou programmée, telle que celle visant à transposer la technique de datation des coquilles développée sur le pétoncle d’Islande – permettant de connaître par exemple la température de l’eau à chaque âge du coquillage – sur la coquille Arctica Islandica, l’espèce animale la plus âgée jamais découverte, et qui permettrait, grâce à ce procédé technique, de connaître l’évolution de la température de l’océan dans notre région sur plusieurs siècles.

Le développement économique maritime de Saint-Pierre-et-Miquelon doit nécessairement passer par une meilleure appréhension et connaissance de nos ressources et de notre environnement.

D’autres sujets tels que les impacts locaux des changements climatiques, la coopération régionale avec les autorités scientifiques canadiennes, l’exploitation de nos ressources et la recherche de nouveaux marchés d’exportation ont aussi été abordés.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par depute975
Charger d'autres écrits dans Coopération régionale
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Réduction des effectifs au Consulat de Moncton NB

Alerté il y a quelques semaines par l’Association française du Nouveau-Brunswick et …