Accueil Economie Un déplacement riche et prometteur pour l’Archipel au Technopôle de Brest

Un déplacement riche et prometteur pour l’Archipel au Technopôle de Brest

Commentaires fermés
0
1,137

UBO.131017

Vendredi 13 octobre, Stéphane Claireaux s’est rendu à Brest pour la journée, afin de rencontrer les différents responsables des structures scientifiques et universitaires impliquées dans un projet de base scientifique à Saint-Pierre-et-Miquelon et de cerner plus concrètement les enjeux pour SPM et les contours financiers, logistiques et pratiques de cette belle ambition à vocation locale, nationale et internationale.

Le Député a donc débuté son programme à l’Université Bretagne Occidentale (UBO) où il a été reçu par Matthieu Gallou, le Président de l’UBO et Yves-Marie Polet, le Vice-Président de l’UBO chargé de la mer.

Le Président Gallou lui a réitéré son enthousiasme et tout l’intérêt qu’il portait à une implantation permanente de l’UBO à SPM. Selon Matthieu Gallou, toutes les cases sont cochées pour justifier les financements en terme de recherches et d’études scientifiques de ce projet, ne manque pour convertir l’essai qu’une volonté affichée du territoire qui pourrait se manifester par un soutien dans l’accueil et la logistique.

Après un déjeuner de travail, Stéphane Claireaux s’est rendu au Technopôle de Brest afin de visiter l’Institut Européen de la Mer (IUEM) en présence de la Directrice, Anne-Marie Tréguier, dont une étape très intéressante sur la plateforme scientifique Lipidocéan, où le Professeur Edouard Kraffe lui a présenté des exemples concrets de valorisation des lipides d’origine marine, de biotechnologies marines et de co-produits de la pêche (voir dans le reportage d’Outre-Mer Première ci-dessus). Certainement que nos pêcheries auraient grand avantage à bénéficier du support d’un tel laboratoire pour accroître la valorisation des produits de nos activités de pêche et d’aquaculture.

Puis, le député s’est rendu au Pôle Mer Bretagne-Atlantique, afin d’y rencontrer Sébastien Cann, Chargé de mission PME-International et Xavier Rebour, Conseiller Marine, Formation et Outre-Mer.

Après une brève présentation vidéo du PMBA (ci-dessus), Stéphane Claireaux a souhaité que la structure d’accompagnement des entreprises et professionnels de la mer qui intervient déjà outre-mer, puisse faire connaître ses mission à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Ce qui n’a pas traîné, puisque dès le vendredi soir, le PMBA prenait contact avec la CACIMA afin de convenir d’une visioconférence avec les entreprises de l’Archipel. Une date sera donc arrêté prochainement avec la Chambre et ses ressortissants.

Dernière étape, le Pôle Numérique Brest-Iroise, où Stéphane Claireaux a retrouvé Laurent Chauvaud, Directeur de Recherche CNRS et Chef de Mission sur le navire scientifique l’Antéa venu cet été dans nos eaux en mission, mais aussi Pierre Poitevin, bien connu des Miquelonnais, doctorant à l’UBO, biologiste marin, qui a déjà séjourné longuement sur la grande île pour ses études sur les bivalves au sein de l’ARDA. Après un bref compte-rendu des premiers résultats de la mission Antéa, il aura été question d’avenir et des engagements nécessaires à une future base scientifique.

Les enjeux pour Saint-Pierre-et-Miquelon : la création d’un Centre International de Recherche, d’Enseignement océanographique en résidence permanente.

Ce centre, sous la tutelle de l’UBO permettrait :

  • L’accueil à l’année de scientifiques pour étudier et travailler à l’observation et la connaissance de nos ressources et écosystèmes marins ;
  • D’étudier l’impact des évolutions climatiques sur notre territoire ;
  • De répondre à des appels à projet et développer localement des travaux conjoints Franco-Québécois dans le cadre de l’IFQM ;
  • De développer des missions d’enseignement sous forme d’écoles thématiques internationales, des séjours d’études d’une quinzaine de jours de jeunes chercheurs internationaux par groupes de 15 ou 20.

Plus concrètement pour l’Archipel, il s’agit également :

  • D’accompagner scientifiquement les initiatives locales (professionnels, entreprises et associations) en matière d’activités marines : conseils et suivi scientifiques, valorisation des produits de la pêche et d’aquaculture, diversification des exploitations, recherche sur les biotechnologies et énergies marines (création de start-ups)… ;
  • D’impliquer les professionnels locaux en les formants, par exemple pour l’évaluation et la gestion de nos resources halieutiques ;
  • De développer et faciliter les échanges d’expériences avec des professionnels bretons ou québécois (IFQM) ;
  • De bénéficier de l’expertise et du réseau du Pôle Mer Bretagne-Atlantique ;
  • De créer localement un centre de formation pour la plongée en eau froide ;
  • De développer des missions culturelles « arts et sciences » : accueil d’artistes en résidence, animation d’ateliers pour le public, les professionnels ou en milieu scolaire, création d’expos… en concertation avec les structures locales.

Quelles que soient les personnes que le Député ait rencontrées à Brest ce vendredi, toutes s’accordent à dire le formidable potentiel que détient l’Archipel en matière de recherche, mais aussi de richesses à valoriser.

L’enthousiasme et l’envie de la communauté scientifique pour venir s’installer à SPM sont clairement affirmés. Au territoire maintenant de saisir, ou pas, cette opportunité qui pourrait nous ouvrir des horizons nouveaux, qu’ils soient économiques, scientifiques ou culturels.

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par depute975
Charger d'autres écrits dans Economie
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Valoriser le patrimoine culturel local au profit du développement touristique

Mercredi 7 novembre, Stéphane Claireaux participait à la Commission élargie qui recevait l…