Accueil Médias Rencontre à la direction d’Outre-mer 1ère

Rencontre à la direction d’Outre-mer 1ère

Commentaires fermés
0
499

IMG_2285

Mardi 12 juin, Stéphane Claireaux s’est rendu à Malakoff, au siège d’Outre-mer 1ère, afin d’y rencontrer le directeur exécutif, Walles Kotra.

En début d’entretien, Stéphane Claireaux a pu échanger brièvement avec le directeur de la station locale Frédéric Ayangma de passage à Paris et faire la connaissance de son successeur fraîchement nommé, Nadine Félix, qui devrait prendre ses fonctions sur l’Archipel en juillet.

Il s’agissait ensuite pour le député de faire le point avec le directeur exécutif en charge des outre-mer, en cette période de réforme profonde de l’audiovisuel, où beaucoup de questions restent encore en suspend, notamment la fusion, le maintien en hertzien ou le passage de certaines chaînes au numérique.

Premier point rassurant, l’avenir des stations locales « La Première » n’est pas compromis, leur ancrage local et le service public qu’elles rendent auprès des populations ultramarines sont reconnus et appréciés. La présidente de France Télévisions Delphine Ernotte l’a réaffirmé dans les colonnes du Parisien : il n’est pas question de toucher aux stations « La Première » qui mixent déjà télé, radio et numérique, et devraient d’ailleurs servir de modèle pour France 3.

A contrario, la présidente de France Télévisions se pose la question de l’utilité de France Ô puisque les réseaux « La Première » existent déjà, Delphine Ernotte laissant à la ministre de la Culture la responsabilité de trancher.

La position de Françoise Nyssen ne semble pas encore arrêtée puisqu’elle a déclaré qu’avant toute décision sur l’avenir de France Ô, il faudra interroger les Ultramarins et leurs élus.

Pour la ministre des Outre-mer Annick Girardin, France Ô doit être préservée, mais son évolution doit être réfléchie.

Stéphane Claireaux a exposé à Walles Kotra son questionnement sur la pertinence actuelle de France Ô. En effet, à cause d’un positionnement flou, la chaîne connaît un véritable problème d’audience, intéresse manifestement peu de téléspectateurs métropolitains et ne remplit pas en l’occurrence sa mission. Certaines programmations sont critiquables, comme la diffusion des journaux télévisés des « Première » tard dans la nuit, ou très tôt le matin. Pour le député France Ô doit être le miroir en métropole des Outre-mer, la chaîne doit être au service des stations « Première » et non l’inverse. Entre « La Première » et France Ô, le public a de la difficulté à comprendre : est-ce la même « maison » ou sont elles 2 chaînes différentes ? Tout cela manque de clarté.

Selon le directeur exécutif, la nomination d’un directeur d’antenne unique et commun à « La Première » et France Ô pourra apporter plus de cohérence dans les programmes et aider à repositionner l’Outre-mer dans le paysage audiovisuel français.

Par ailleurs, il souhaite plus d’interactions avec les stations locales, notamment en favorisant le relai, voire les directs, des grands évènements sur les territoires ultramarins, à l’instar de la course à la voile « La Route SPM » en cette fin de mois de juin.

Concernant « SPM 1ère », Stéphane Claireaux a regretté que la station locale ne soit pas plus « utilisée » pour couvrir l’actualité relative à SPM en région, que ce soit lors de déplacements officiels et institutionnels, ou encore ceux des associations sportives ou culturelles sur le Canada voisin.

« SPM 1ère » est un vecteur de communication culturel et francophone formidable, mais totalement sous-exploité, alors que nos programmes sont aussi diffusés sur des chaînes câblées canadiennes. A ce propos, le député a demandé que soit réalisée une étude d’audimat afin de mieux appréhender le taux de pénétration dans les foyers canadiens et l’audience que peut capter « SPM 1ère ».

Il a aussi été question du développement de la présence numérique qui mérite d’être encore plus affirmée par la fabrication de contenu dédié spécialement au web.

Stéphane Claireaux a également regretté localement un traitement de l’information basé quasiment que sur l’actualité immédiate, un manque de ressources évident à la rédaction laissant peu de temps pour l’investigation ou le reportage de fond. Le malaise est grand chez les journalistes et la vacance prolongée du poste de rédacteur en chef n’a pas non plus arrangé la situation.

L attente est donc grande et la tâche s’annonce conséquente pour la nouvelle directrice régionale, Nadine Félix.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par depute975
Charger d'autres écrits dans Médias
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

L’outre-mer et les JOP Paris 2024

 Stéphane Claireaux a été désigné par la Commission des affaires culturelles et de l&rsquo…