Accueil Humeur SPM, des îles d’ex… trême droite ?

SPM, des îles d’ex… trême droite ?

Commentaires fermés
2
1,098

ilesspm

Le mot est facile, mais c’est pourtant la vision qui restera de notre archipel dans la presse et partout ailleurs dans les médias, à la lecture des résultats des élections Européennes à Saint-Pierre et Miquelon, il y a maintenant une semaine.

Parce qu’on peut l’appeler « Rassemblement National », c’est plus soft, mais c’est pourtant bien du « Front National » et donc d’un vote extrême droite qu’il s’agit !

Le « vote brun » s’installe durablement dans l’Archipel, quelle que soit la participation, et pourtant, on ne retrouve objectivement pas à SPM ce qui peut expliquer en d’autres territoires ce vote : le chômage est chez nous très faible, pas d’insécurité, pas d’immigration subie, pas de sans-abris…

Quant au sentiment d’être « laissé pour compte » qui alimente le discours du Front National ailleurs, s’il est entretenu ici régulièrement par Archipel Demain, il n’est pas non plus justifié : depuis 5 ans, jamais l’Archipel n’a autant reçu d’attention et de soutien du gouvernement Français, comme de l’Europe.

Evidemment, il ne s’agit pas de dresser ici un constat idyllique de nos îles, la vie chère à SPM impacte bien sûr durement une tranche de la population plus fragile, notamment les retraités et ceux qui ne bénéficient pas de l’indexation. Certains de nos concitoyens souffrent, je reçois régulièrement à ma permanence des personnes en difficulté, qui ont des problèmes pour se loger ou à boucler leurs fins de mois, des retraités comme des actifs. Mais une partie des mesures qui pourraient être mises en place pour aider à améliorer le quotidien des Saint-Pierrais et Miquelonnais est d’abord de la compétence des autorités locales, principalement de la Collectivité territoriale. Mais c’est tellement plus confortable de pointer du doigt l’Etat.

Alors, que l’on veuille pousser un coup de gueule, je le conçois aisément, chacun a besoin à un moment donné d’une soupape d’expression, mais il y avait pourtant à ces Européennes bien d’autres alternatives pour exprimer un ras-le-bol que de voter extrême droite.

Cependant, entre discours flou et silence assourdissant, les grands élus du territoire auront manqué de courage lors de ces Européennes, et en refusant de prendre une position claire, auront largement contribué à l’expression de ce « vote brun ».

Ce qui m’inquiète le plus, c’est que ce vote d’extrême droite exprimait, il y a encore quelques années, une protestation, mais semble aujourd’hui à SPM se transformer en vote de conviction.

Sans doute le résultat de 13 ans de pouvoir local identitaire et autoritaire d’Archipel Demain.

Depuis 2006, durant 11 années, le Président Stéphane Artano aura su banaliser la violence de l’exercice du pouvoir et des relations avec les différents acteurs du territoire : services d’Etat, municipalités, CACIMA, syndicats, monde économique, associations, journalistes… L’intimidation et la division comme armes principales, mettant en opposition systématiquement les différentes composantes de la population pour mieux asseoir son pouvoir.

Le repli identitaire de l’Archipel est aujourd’hui inquiétant, entretenu par des déclarations et discours distillés notamment sur les réseaux sociaux, par des responsables d’Archipel demain ou plus insidieusement par des partisans très actifs.

Souvenons-nous de la première réaction alarmiste du Sénateur Artano à l’annonce des vols directs Paris/SPM, demandant au Préfet la mise en place de mesures de sécurité renforcées face à tous ces étrangers – sous-entendu peu fréquentables – qui allaient débarquer en direct de Paris !

Ou encore le déchaînement de haine, de discours racistes et xénophobes, déclenché sur Facebook par un irréductible soutien d’Archipel Demain, annonçant l’apocalypse avec l’arrivée de 2000 migrants à SPM, suite à mon passage à l’émission « Place publique » sur SPM 1ère.

« La force de notre identité », tel était le slogan de la liste Archipel Demain aux Territoriales de 2006, marquant ainsi l’annonce d’un funeste repli identitaire.

Mon identité SPM elle est forte, j’en suis fier et je la revendique partout où je peux, haut et fort, mais elle ne s’exprime pas par le rejet ou la défiance envers les autres, elle n’est pas faite de ce bois là !

Je ne peux pas croire que la population de l’Archipel, qui a accueilli, commercé et vécu durant tant d’années avec les flottes de pêche de toutes nationalités, ait oublié les bénéfices humains, culturels et économiques de s’ouvrir à l’autre. Croyez-vous que nos jeunes aux études puissent avoir envie de revenir vivre sur un territoire qui se referme sur lui-même ?

Alors mes chers compatriotes, attention aux messages que nous envoyons par les urnes et soyons collectivement vigilants, car il n’y aura aucun avenir pour l’Archipel dans le repli.

Stéphane Claireaux

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par depute975
Charger d'autres écrits dans Humeur
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

L’agenda du Député : les faits marquants en mars à Paris

Entretien avec M. Gilles Bizeul, le nouveau Président de l’OPMR Jeudi 24 mars, le Dé…