Accueil Politique locale « La pire de nos laideurs, c’est la mauvaise foi… » – (HF Amiel)

« La pire de nos laideurs, c’est la mauvaise foi… » – (HF Amiel)

Commentaires fermés
0
1,025

deontologieviepublique

S’il y a bien une qualité que je peux reconnaître à M. Garnier, c’est celle « d’agitateur », puisque c’était l’un des qualificatifs qu’il avait choisi pour se définir en titre sur son ancien blog.

M. Garnier expose sa vérité, mais est-il de bonne foi ?

La confiance s’arrête là où commence le mensonge

Quand quelqu’un vient présenter un projet à un élu et que sa première phrase, après s’être nommé, c’est : « je suis aujourd’hui installé à SPM, donc JE VOTE ICI »… le ton était donné par Denis Garnier lors de notre première rencontre il y a 2 ans…

Ceci étant, je l’ai écouté avec attention me présenter son projet sur le bien-être au travail, pour lequel il m’affirmait que tous les partenaires (CPS, ATS, Préfet, Association Médecine du Travail…) le soutenaient dans sa démarche. Aussi, fort de ce consensus général, et contrairement à ce que peut penser M. Garnier, j’ai soutenu son projet auprès de la Ministre des Outre-mer afin qu’il soit retenu dans le Livre Bleu des Assises des Outre-mer !

Par contre, ce qu’omet de dire M. Garnier, c’est qu’à mon retour de métropole, j’ai ensuite eu l’occasion de discuter de ce dossier avec les différents partenaires institutionnels énoncés plus haut qui, à ma grande surprise, m’ont tous successivement dit qu’ils trouvaient le concept intéressant, mais ont émis de fortes réserves quant à sa faisabilité et à leur soutien… Je me suis donc senti trahi, m’étant naïvement laissé embobiner par ce qui s’avérait être des boniments de la part de Denis Garnier.

Depuis cet épisode M. Garnier s’est imposé dans la vie publique locale et s’est positionné en commentateur (impartial ?) de l’actualité politique , organisateur de matchs entre les élus locaux (ex : match député/sénateur sur les retraites ?!), colleur d’étiquettes et plume de la contestation. Libre effectivement à lui d’occuper sa retraite comme il l’entend, mais le désintéressement de son investissement, sur lequel il insiste tant, pour moi reste flou.

Et quand c’est flou, il y a un loup… (Martine Aubry)

Tout « professionnel de l’indignation », a effectivement nécessité à se trouver un adversaire et à entretenir cette adversité pour exister…

Quoi qu’il en soit, je fais mon travail de parlementaire avec passion et convictions depuis 5 ans pour défendre les intérêts de SPM. Je m’investis et je tente de remplir du mieux que je peux le mandat pour lequel j’ai été élu, car aux dernières législatives, pas plus qu’en 2014, il n’y avait de loup. Les électeurs savaient dès le départ qu’en votant pour Annick Girardin Ministre en poste, il élisaient dans les faits Stéphane Claireaux député. Tout était clair, y compris notre positionnement politique au niveau national.

J’aimerais que la situation de M. Garnier le soit tout autant, lui qui depuis des mois, parfois à mots couverts, parfois directement, remet en cause ma légitimité et ma bonne foi.

Cela fait 2 ans maintenant que M. Garnier prend part à la vie publique locale et nous gratifie « bénévolement » de ses compétences. Peut-être pourrait-il alors – car il y a un trou dans son parcours qu’il a publié et afin de mieux le connaître – nous éclairer sur son travail et ses missions à l’hôpital de Saint-Pierre, puisqu’il semblerait, selon ce qui m’a été rapporté, qu’il apparaissait sur la liste des salariés du Centre hospitalier de 2017 à juillet 2019 ?

C’est une question qui me remonte en effet régulièrement ces derniers temps de la part de plusieurs citoyens, dont certains ont appris avec surprises qu’ils auraient été collègues durant 1 an et demi ?

Par ailleurs, M. Garnier me reproche d’être largement indemnisé pour ce que je fais, et qu’il me faudrait essayer de vivre avec 1000 € par mois pour me permettre de prendre connaissance de la réalité quotidienne de quelques habitants de l’Archipel.
Je rassure M. Garnier, depuis que je suis député j’ai rencontré et reçu bon nombre de nos concitoyens les plus fragiles – mais de cela évidemment je ne fais aucune publicité – je les ai compris et je les ai aidés, dans la mesure de mes moyens, soit en intervenant directement sur un dossier, soit en faisant étendre à SPM des textes législatifs ou règlementations en leur faveur.

Mais doit-on alors en déduire qu’en tant que salarié de l’hôpital ou aujourd’hui à la retraite, M. Garnier faisait/fait partie des plus bas revenus pour si bien comprendre nos concitoyens dans le besoin ?

La transparence s’impose aujourd’hui à toutes celles et ceux qui participent ou souhaitent participer à la vie publique.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par depute975
Charger d'autres écrits dans Politique locale
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

La réponse de la MGET/MGEN

Suite au courrier qu’il leur a fait parvenir le 3 juin dernier afin de relayer les i…